Côté Naturo

Le gymnéma sylvestre

Valérie Vidal

Petite histoire…

Le gymnéma sylvestre est une liane ligneuse et grimpante originaire des forêts tropicales de l’Inde, aujourd’hui cultivée dans de nombreux pays d’Asie et d’Afrique. L’usage de cette plante est courant dans la médecine traditionnelle de l’Inde, mais aussi du Japon, du Vietnam et de l’Australie.

Quels bénéfices pour la santé ?

En médecine ayurvédique, le gymnéma est utilisé pour ses propriétés diurétique, détoxifiante, anti-inflammatoire, digestive et antidiabétique.

Les études cliniques sur les effets du gymnéma sont peu nombreuses et de petite envergure. Elles ont montré que l’administration d’extraits standardisés permet une réduction significative de la glycémie postprandiale (après un repas) et des niveaux d’hémoglobine glyquée (indicateur du niveau de glycation lié à l’excès de sucre sanguin) chez les diabétiques non insulino-
dépendants.

On ne comprend pas encore très bien comment le gymnéma produit son effet hypoglycémiant. On suppose que l’acide gymnémique est la principale substance active de la plante.

Les feuilles fraîches de gymnéma, lorsqu’on les mâche, anesthésient les papilles gustatives reconnaissant le goût sucré, ce qui en diminue l’appétence.

Dans quels cas l’utiliser ?

Le gymnéma peut être utilisé :

- pour faire baisser le taux de glucose sanguin chez les prédiabétiques et les diabétiques non insulinodépendants, sous surveillance de la glycémie et de la glycosurie et sous contrôle médical. Il est préférable de l’associer à d’autres plantes et micronutriments tels que l’ail, la cannelle, le chrome, le zinc, le magnésium ;

- pour accompagner un sevrage du sucre.

Mais attention, même les meilleures substances naturelles ne peuvent suffire à traiter un diabète ou des compulsions sucrées. Une démarche ne considérant pas la ou les causes du problème n’aura pas d’effet durable.

Dans le cas du diabète de type 2 ou du prédiabète, par exemple, la glycémie élevée n’est qu’un symptôme résultant d’une interaction entre des particularités génétiques, des habitudes de vie (mauvaise alimentation, insuffisance d’exercice physique, mauvaise gestion du stress) et l’exposition aux toxiques environnementaux. Chercher à combattre l’hyperglycémie sans corriger le mode de vie qui y a conduit, avec son lot de carences micronutritionnelles, d’engorgement hépatique, d’inflammation…, peut en aggraver les conséquences.

Les grignotages sucrés compulsifs sont aussi un symptôme dont les racines se trouvent dans des déséquilibres alimentaires, des perturbations du terrain et des émotions mal gérées.

Mode d’emploi

Il n’existe aucune posologie officielle pour les doses de gymnéma à prendre en cas d’hyperglycémie. Les laboratoires conseillent généralement une ou deux gélules 3 fois par jour, avant les repas, mais les dosages des gélules sont très variables (de 300 à 500 mg de poudre ou d’extrait sec). Prendre conseil.

Pour couper l’envie de sucre, faute de plante fraîche à mâcher, ouvrir une gélule de poudre ou d’extrait sec et déposer son contenu sur la langue. Bien mélanger à la salive avant d’avaler avec un peu d’eau. A prendre midi et/ou soir 10 minutes avant les repas en cure d’un mois. 

Précautions

Une prise trop importante de gymnéma peut entraîner une chute trop brutale de la glycémie avec malaise hypoglycémique, voire coma, au même titre que l’insuline ou les médicaments hypoglycémiants.

/img_fiches/126x172-copy-Valerie_Vidal.jpg
Valérie Vidal

Praticienne de santé naturopathe et praticienne en EFT clinique. Spécialiste en bionutrition, gestion du stress et santé globale.
Consultations à Toulouse, Gaillac (Tarn) et par Skype.

infos : www.valerievidal.fr