Côté Naturo

Le cordyceps

Valérie Vidal

Petite histoire…

A l’état sauvage, le cordyceps, un champignon parasitaire lépidoptère, pousse en altitude dans les régions montagneuses de la Chine et du Tibet. En hiver, son mycélium se développe dans des larves de chenilles enfouies dans le sol et, avec l’arrivée du printemps, il se fraye un chemin pour sortir de terre. Au cours des dernières décennies, un processus de culture sur des substrats naturels a donné naissance à des productions de cordyceps aux caractéristiques pratiquement identiques à celles du champignon à croissance naturelle.

 

Quels bénéfices pour la santé ?

Parmi plus de 150 espèces de cordyceps répertoriées, une dizaine possèdent des vertus thérapeutiques connues. La plus réputée est le Cordyceps sinensis. C’est un des champignons les plus appréciés et utilisés en médecine traditionnelle chinoise.

Le Cordyceps sinensis renferme de nombreuses substances nutritionnelles actives : des vitamines (B1, B2, B12, E et K), des minéraux et oligoéléments (sodium, potassium, calcium, fer, cuivre, fer, magnésium, sélénium, zinc et manganèse) mais aussi des acides aminés essentiels, des stérols, des polysaccharides dont la cordycépine. Cette dernière donnerait au cordyceps des propriétés antioxydantes, antitumorales et immunostimulantes.

On reconnaît au cordyceps également les propriétés suivantes :

- énergisant, vitalisant, il stimule les glandes surrénales et augmente la disponibilité en oxygène dans le sang ;

- adaptogène, il permet une meilleure résistance au stress ;

- il favorise la concentration et la mémoire ;

- cardiotonique, il diminue les arythmies ;

- chez l’homme, il stimule l’érection, favorise la spermatogenèse et augmente la production de spermatozoïdes.

 

Dans quels cas l’utiliser ?

Le cordyceps est traditionnellement utilisé pour :

- soutenir l’organisme des personnes âgées, convalescentes et fatiguées chroniques ;

- traiter les maladies rénales (dont l’insuffisance), hépatiques, les troubles respiratoires et bronchiques (dont l’asthme) ;

- stimuler la fonction sexuelle.

La supplémentation en cordyceps est aussi intéressante dans les cas suivants :

- stress chronique, surmenage, anxiété ;

- entraînement à la compétition sportive d’endurance ;

- préparation d’examen ;

- pour contrecarrer les effets du mal d’altitude ;

- prévention et traitement complémentaire des leucémies, des cancers du sein, du poumon, de la vessie et du rein.

 

Mode d’emploi

Choisir la forme la plus concentrée en substances actives est indispensable pour obtenir de bons résultats. L’idéal est l’extrait sec concentré en gélules. A titre d’exemple, un extrait sec de cordyceps au ratio 6:1 signifie qu’une seule gélule d’extrait sec renferme l’équivalent de 6 gélules de poudre de champignon.

On conseille généralement de 400 mg à 900 mg d’extrait sec de cordyceps et un maximum de 3 g par jour, en cure de 2 à 3 mois avec une pause de 7 jours toutes les 4 semaines.

 

Précautions

La consommation de cordyceps est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants de moins de 6 ans. Les personnes sous traitements médicamenteux (anticoagulants) doivent consulter leur médecin avant toute prise de cordyceps. Il est préférable d’arrêter la prise quelques jours avant une intervention chirurgicale ou une extraction dentaire.

/img_fiches/126x172-copy-Valerie_Vidal.jpg
Valérie Vidal

Praticienne de santé naturopathe et praticienne en EFT clinique. Spécialiste en bionutrition, gestion du stress et santé globale.
Consultations à Toulouse, Gaillac (Tarn) et par Skype.

infos : www.valerievidal.fr