BILLET

corps et esprit à la manœuvre

Jean-Pierre Camo

SEPTEMBRE 2019

304

A l’image de notre société qui flatte et encourage l’individualisme, notre médecine moderne se plaît à morceler la santé en une multitudes de composantes détachées les unes des autres, sans rapports apparents. Même si ces dernières années l’univers qui entoure le « malade » (alimentation, activité physique, environnement physique, stress, contexte social) est mieux pris en compte, le dogme « un mal, un remède » prévaut encore largement. C’est encore et toujours le médecin qui « guérit ». Avec un effet pervers : le « patient » se déresponsabilise et s’en remet, lui, l’ignorant, au sachant. C’est oublier les fabuleux pouvoirs de notre corps et de notre esprit pour retrouver le chemin de l’équilibre. Car, comme l’enseigne l’ayurvéda, la science médicale millénaire de l’Inde, qu’est-ce que la santé si ce n’est un état d’équilibre global et, a contrario, la maladie, un déséquilibre ?

Oui, notre corps dispose de pouvoirs extraordinaires. Pensez simplement à la réaction inflammatoire due à une arrivée massive de cellules immunitaires pour nous défendre d’une agression (allergie, infection, blessure…). Ou au rôle majeur de notre microbiote (que l’on commence tout juste à explorer) dans notre résistance aux maladies ou, au contraire, dans l’apparition de troubles (y compris autisme, alzheimer, dépression), selon sa qualité. Ou encore aux cellules souches, capables de se renouveler et de produire différents types cellulaires pour réparer toutes sortes de tissus et d’organes endommagés !

Et notre corps peut d’autant mieux « se remettre d’aplomb » qu’il n’est pas sollicité par le travail de digestion. Ainsi soulagé, il est mieux à même de se débarrasser de lui-même des toxines qui l’encombrent, voire de clarifier l’esprit. Le jeûne répare. Pensons-y !

Notre esprit, quant à lui, n’est pas en reste. Qui n’a pas entendu parler de l’effet placebo, qui consiste à administrer à un patient un médicament sans aucune propriété thérapeutique en lui faisant croire qu’il s’agit d’un médicament très actif ? L’effet placebo produit de meilleurs résultats s’il va dans le sens des croyances du patient : notamment grâce à ce que l’on nomme l’effet médecin, quand ce dernier sait se montrer persuasif et rassurant. Convaincu de l’efficacité du traitement, notre cerveau sait envoyer à nos cellules l’ordre de réagir face à la maladie.

Le tableau ne serait pas complet si l’on n’évoquait pas les guérisons dites miraculeuses. Celles recensées à Lourdes sont les mieux étudiées au monde, y compris par la sphère médicale. Même s’il manque des explications rationnelles – en aura-t-on jamais ? –, le phénomène est indéniable. La croyance de chaque fidèle, partagée par des milliers de coreligionnaires, se trouverait-elle amplifiée par l’effet de masse ? Possible. Notre esprit est très malléable : si certaines pensées ou émotions peuvent nous rendre malades, pourquoi d’autres ne pourraient-elles pas nous « guérir » ?

Au lieu de chercher la maladie qui se cache derrière un symptôme, ne pourrait-on pas considérer au contraire que c’est elle le symptôme d’un déséquilibre (physique ou émotionnel) que notre corps et notre esprit sont capables, dans une certaine mesure, de rétablir ? Laissons-leur cette chance.

Jean-Pierre CAMO

Directeur de la publication et romancier

La saga du vinland De Jean-Pierre Camo
La saga du vinlandDe Jean-Pierre Camo, éd. Alphée, 472 p., 2008.

Revivez l’incroyable découverte de l’Amérique vers l’an mil par de valeureux Vikings, personnages hauts en couleurs et souvent méjugés. Fruit de quatre années de recherche, ce roman s’est voulu aussi proche que possible des textes médiévaux tout en adoptant une langue plus moderne. Certainement la plus grande aventure maritime du Xe siècle, comme si vous y étiez…

Diffusé par Biocontact au prix de 23 euros port compris. INFOS ET COMMANDE