BILLET

BIOCONTACT, qui es-tu ?

Jean-Pierre Camo

DéCEMBRE 2019

307

Pour répondre à une récente vague de remises en question sur la toile de notre magazine – farcies de raccourcis, d’amalgames, d’arguments non étayés et de citations extraites de leur contexte –, il me semble nécessaire aujourd’hui de rappeler les fondamentaux de notre ligne éditoriale et de lever toutes les ambiguïtés.

Trois exemples marquants parmi une longue liste :
- Nous aurions écrit que « le chou brocoli [serait] classé dans la liste des aliments anticancer ». Il suffisait de lire, en introduction de l’article : « Nous ne parlerons pas d’aliments anticancer, car aucun aliment ne peut à lui seul nous protéger complètement de cette maladie. »
- La parole donnée aux auteurs qui questionnent les effets secondaires des vaccins est réduite à « une dangereuse source de fake news ». Un moyen assez radical de faire taire des voix dissonantes…
- Avons-nous jamais affirmé que les médecines douces soignaient mieux que la médecine conventionnelle ? Non. Elles ne suivent pas les mêmes objectifs. C’est pourquoi il convient de les appeler « médecines complémentaires » ou « non conventionnelles » – par ailleurs reconnues dans de nombreux pays d’Europe.

Dès le départ, Biocontact s’appuie sur le triptyque alimentation bio, développement durable et santé naturelle, considérant que ces trois thématiques sont indissociables. En effet, à quoi rime de consommer bio si l’on ne privilégie pas les produits locaux, non transformés et peu ou pas emballés ? A quoi rime de privilégier des aliments sans pesticides et courir acheter chez le pharmacien un remède symptomatique au premier bobo ? C’est pourquoi nous défendons toujours les démarches responsables et durables selon ces trois volets.

Ici, un mot sur notre méthode de travail. Parmi les multiples propositions de textes et de contenus que nous recevons, nous nous faisons un point d’honneur à sélectionner les sujets, les auteurs et les textes, ne retenant que ceux qui répondent à notre ligne éditoriale, et ce, toujours dans un esprit de pluralité. Notre rédaction liste les différents angles à aborder, pour proposer une vision élargie et approfondie du thème présenté en couverture, puis sollicite les auteurs qu’elle juge les plus compétents.

Notre média alternatif (ce n’est pas un gros mot) tente ainsi de susciter l’esprit critique de ses lecteurs sur des sujets qui dérangent souvent les lobbies (agricole, pharmaceutique, technologique) en donnant la parole à celles et ceux qui ont trop peu voix au chapitre. Bien entendu, nous n’imposons rien, chacun use de son libre arbitre. La confrontation tolérante des différents points de vue doit toujours caractériser une saine démocratie.

Enfin, nos publicités, ciblées selon notre ligne éditoriale, nous permettent de financer intégralement notre revue gratuite (masse salariale, papier, imprimeur, mise en cartons, livraison). Ne prennent Biocontact que les lecteurs et lectrices qui souhaitent le lire ou le découvrir.

Je voudrais remercier ici nos lecteurs, auteurs, annonceurs et distributeurs, qui nous encouragent et nous font confiance. Chaque maillon participe à son niveau à la diffusion d’une information indépendante sur un mode de vie durable dans toutes ses dimensions.

Jean-Pierre CAMO

Directeur de la publication et romancier

La saga du vinland De Jean-Pierre Camo
La saga du vinlandDe Jean-Pierre Camo, éd. Alphée, 472 p., 2008.

Revivez l’incroyable découverte de l’Amérique vers l’an mil par de valeureux Vikings, personnages hauts en couleurs et souvent méjugés. Fruit de quatre années de recherche, ce roman s’est voulu aussi proche que possible des textes médiévaux tout en adoptant une langue plus moderne. Certainement la plus grande aventure maritime du Xe siècle, comme si vous y étiez…

Diffusé par Biocontact au prix de 23 euros port compris. INFOS ET COMMANDE