BILLET

Le monde en 2040… vu par la CIA

Lisa PUJOL

JUIN 2021

324

Tandis que la fin de l’état d’urgence sanitaire approche, le déconfinement progressif laisse entendre un retour à une vie « normale mais différente », à une liberté retrouvée, mais surveillée. Il y a un peu plus d’un an, nous avions dans l’idée que quand la crise aurait pris fin, il y aurait, évidemment, un monde d’après, insufflant de nombreuses transformations et d’importants bouleversements sociétaux et environnementaux. Savions-nous déjà à quoi il pouvait ressembler ?

Tous les 4 ans depuis 1997, lors de l’investiture d’un nouveau président américain, la CIA (Central Intelligence Agency, Agence centrale de renseignement) publie un rapport qui examine les tendances du monde actuel pour en extraire des synthèses prospectives sur le monde de demain. Confié à Joe Biden, mais aussi rendu public, ce rapport (1) très attendu dans le contexte de la Covid-19 pointe les grands enjeux à venir et établit des scénarios prévisionnels sur les prochaines années. Anecdote : en 2009, le rapport qui avait été confié à Barack Obama prédisait la venue d’une épidémie hautement probable avant 2025.

Selon Piotr Smolar, préfacier de la traduction française, « adaptation et innovation » sont les deux mots clés de ce texte. Parmi les prospections et dans les très grandes lignes, le rapport 2021 sur 2040 annonce une course aux progrès technologiques avec une généralisation de l’IA (intelligence artificielle) dont les applications pourraient servir au bien commun (amélioration des soins de santé, éducation personnalisée, sécurité dans les transports…) mais aussi le desservir, avec la multiplication des objets connectés et du partage d’informations personnelles, menaçant la vie privée, supprimant des emplois, ou servant la cause militaire.

Côté environnement, douche froide mais présumable. Si la hausse des émissions de gaz à effet de serre se poursuit, le réchauffement de la planète dépassera 1,5 °C au cours des 20 prochaines années, avec des conséquences catastrophiques dont l’aggravation de l’insécurité alimentaire et hydrique, la fréquence d’épidémies ou l’augmentation des migrations (liées à l’élévation du niveau de la mer et aux fortes chaleurs). En revanche, il est noté que les efforts pour réduire ces émissions s’intensifieront dans les 10 prochaines années et que la transition énergétique poursuivra son cours : les combustibles fossiles répondront toujours à la majorité des besoins énergétiques mais les énergies éoliennes et solaires devraient voir leurs courbes de croissance monter.

La CIA a également pronostiqué une hausse des maladies mentales : la suppression de certains emplois dont les tâches sont encore et encore et de plus en plus remplacées par des systèmes automatisés ouvrirait la porte à une importante détresse sociale, sans oublier les conséquences sur le long terme de la Covid-19 en termes de santé mentale.

Le rapport esquisse un monde d’après complexe : nous espérions de nouvelles Trente Glorieuses, il faudra s’attendre à des premières Trente Fiévreuses. Espérons que les grands décisionnaires mettront en œuvre des politiques capables de réguler les tendances. Finalement, ne sommes-nous pas, déjà, entrés dans le monde d’après ?  

____________

1. Le monde en 2040 vu par la CIA – Un monde plus contesté, Des Équateurs éditions.