Côté Naturo

Le palmier nain

Valérie Vidal

Petite histoire…

Comme son nom l’indique, le palmier nain (Serenoa repens) est un petit palmier dont la taille dépasse rarement 2,5 mètres. Il appartient à la famille des aracacées. Originaire du sud des Etats-Unis, ses baies étaient consommées par les Séminoles, des Amérindiens qui peuplaient autrefois la Floride. Elles étaient également employées traditionnellement pour traiter divers troubles du système urinaire chez les hommes et stimuler la fonction sexuelle. Depuis les années 1960, un extrait lipidostéridique des baies du palmier nain entre dans la composition de certaines préparations pharmaceutiques. De nombreux laboratoires de produits de santé naturelle en proposent aussi.

Quels bénéfices pour la santé ?

Les baies de palmier nain contiennent une huile riche en phytostérols, en antioxydants et en divers acides gras. Des essais cliniques ont révélé que l’extrait de ces baies pouvait améliorer les symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) ou adénome prostatique.

L’HBP est une affection très banale : on estime que près de 60 à 80 % des hommes blancs en sont atteints à 60 ans. Il s’agit d’une augmentation du volume de la prostate, qui comprime le conduit excréteur d’urine et diminue son diamètre, entraînant une diminution de la force du jet d’urine et une lenteur à l’évacuation de la vessie. Ces signes sont souvent accompagnés d’envies d’uriner impérieuses et de plus en plus fréquentes, d’abord nocturnes, puis diurnes. Avec le temps, d’autres signes peuvent apparaître.

On ne connaît pas précisément le mécanisme d’action du palmier nain sur l’HBP. Il pourrait agir par divers mécanismes :

- inhibition la 5-alpha-réductase, enzyme qui permet la conversion de la testostérone en DHT (dihydrotestostérone), soit la forme active sur la prostate, facteur essentiel de la croissance de l’adénome ;

- action anti-inflammatoire ;

- action sur le rapport estrogène/testostérone.

Dans quels cas l’utiliser ?

L’extrait de palmier nain peut retarder le développement de l’adénome prostatique ou diminuer les troubles urinaires qui lui sont liés et ainsi permettre d’éviter une intervention chirurgicale. L’expérience de nombreuses années a cependant montré qu’il valait mieux l’associer à d’autres plantes ou extraits de plantes et notamment l’ortie ou le prunier d’Afrique.

Mode d’emploi

En cas de symptômes d’hypertrophie bénigne de la prostate, consulter un médecin avant d’entreprendre une automédication. Celui-ci précisera l’importance de cet adénome et dépistera d’éventuelles complications urinaires.

Des études cliniques ont montré l’efficacité d’une dose quotidienne à 320 mg d’extrait de fruit du palmier nain standardisé à 85 % d’acides gras (soit 1 à 2 gélules selon le dosage).

L’effet des extraits du palmier nain peut prendre 4 à 6 semaines pout se manifester. Le traitement devra être poursuivi au long cours. Par exemple des cures de 6 à 8 semaines avec 1 à 2 mois de pause thérapeutique entre deux cures.

Quelques troubles digestifs secondaires sont possibles (ballonnements, éructations), dans ce cas prendre le traitement au cours du repas.

Précautions

Aucune interaction avec des plantes, suppléments ou médicaments n’est connue à ce jour. A utiliser cependant avec précaution chez les personnes qui prennent des médicaments ou des plantes ayant des propriétés anticoagulantes et antiplaquettaires (ail, ginkgo, ginseng).

/img_fiches/126x172-copy-Valerie_Vidal.jpg
Valérie Vidal

Praticienne de santé naturopathe et praticienne en EFT clinique. Spécialiste en bionutrition, gestion du stress et santé globale.
Consultations à Toulouse, Gaillac (Tarn) et par Skype.

infos : www.valerievidal.fr