Côté Naturo

le kombucha

Valérie Vidal

Petite histoire…

Le kombucha est une boisson froide traditionnelle de thé noir ou vert, acidulée, sucrée et fermentée par un ensemble de micro-organismes. Cité dans des écrits datant de 221 avant J.-C. et retrouvés au Japon et en Mandchourie, le kombucha est connu à cette époque comme un « élixir de longue vie ». Importée vers l’Occident au cours des XIXe et XXe siècles, cette boisson a intéressé de nombreux chercheurs en Europe et aux Etats-Unis, qui en ont montré ses bienfaits.

Quels bénéfices pour la santé ?

Lors du processus de fabrication du kombucha, de nombreuses substances aux effets thérapeutiques sont synthétisées. On constate la présence de vitamines (B1, B2, B6, B9, C…), de substances antioxydantes (polyphénols et bêtaglucanes) et de nombreuses enzymes. Mais c’est surtout la concentration en acides organiques qui donne sa spécificité au kombucha. Il renferme en effet de l’acide gluconique, détoxiquant et précurseur des glucosamines (notamment chondroïtine sulfate) ; de l’acide butyrique, inhibiteur de la croissance de levures du genre candida ; et de l’acide L-lactique. Ce dernier participe à la régulation de la production des sucs gastriques et pancréatiques, ce qui permet une meilleure digestion en général et des protéines en particulier. Il favorise le développement des « bonnes » bactéries de la flore intestinale et inhibe le développement des « mauvais » germes, notamment des bactéries de putréfaction.

Dans quels cas l’utiliser ?

Le kombucha est un correcteur de terrain. Il soutient les capacités antioxydantes et détoxifiantes de l’organisme, la régénération cellulaire et la lutte antimicrobienne. Il est utile pour maintenir ou restaurer l’équilibre acido-basique, l’équilibre de la flore intestinale, soutenir le système immunitaire et dans diverses pathologies d’élimination. Il a montré plus particulièrement son intérêt dans :

les rhumatismes, la goutte, l’arthrite et la polyarthrite ;

les calculs rénaux et l’incontinence urinaire ;

la prévention des mycoses et candidoses ;

les gaz intestinaux malodorants, la constipation, les digestions lentes ;

les hémorroïdes ;

l’artériosclérose ;

la migraine, le syndrome de la fatigue chronique ;

les pathologies cutanées : psoriasis, eczéma, acné, abcès ;

les troubles prostatiques et le syndrome prémenstruel.

Mise en garde

Le kombucha doit être consommé avec prudence chez les personnes possédant un métabolisme affaibli face aux acides. Les acides organiques peuvent dans ce cas être mal dégradés et acidifier les tissus, alors qu’ils influencent positivement l’équilibre acido-basique pour la plupart des gens. Il sera préférable dans ce cas de faire des cures courtes, à dose minimale.

Mode d’emploi

Il est recommandé de boire chaque jour de 250 à 500 ml de kombucha, dont 250 ml le matin à jeun en cure de 1 à 3 semaines, renouvelable à chaque saison. Le kombucha est à conserver au frais après ouverture.

/img_fiches/126x172-copy-Valerie_Vidal.jpg
Valérie Vidal

Praticienne de santé naturopathe et praticienne en EFT clinique. Spécialiste en bionutrition, gestion du stress et santé globale.
Consultations à Toulouse, Gaillac (Tarn) et par Skype.

infos : www.valerievidal.fr

PUB

TOUTES LES FICHES COTÉ NATURO