Côté Naturo

le miel de manuka

Valérie Vidal

Petite histoire…

Le manuka (Leptospermum scoparium) est un arbrisseau de la famille des myrtacées qui pousse à l’état sauvage en Nouvelle-Zélande et en Australie. Il peut atteindre trois mètres de hauteur. Le pollen de la fleur blanche parfumée de manuka est recueilli par les abeilles et sert de base à la production du miel.

Les Maoris (populations autochtones de la Nouvelle-Zélande) utilisent depuis bien longtemps diverses parties du manuka et le miel dont il est issu. De récentes recherches ont mis en évidence les propriétés médicinales du miel de manuka. Elles nécessiteraient cependant d’être confirmées par des études de plus grande ampleur.

Quels bénéfices pour la santé ?

Le miel de manuka contient en moyenne de 75 à 80 % de glucides (dont 38 % de fructose), 20 % d’eau, de 1 à 5 % de protéines, des sels minéraux et oligoéléments, des enzymes, des flavonoïdes, un principe cholinergique proche de l’acétylcholine, etc. Ce n’est pourtant pas sa valeur nutritionnelle qui éveille l’intérêt des scientifiques mais ses remarquables propriétés attribuées à sa très haute teneur en méthylglyoxal et peroxyde d’hydrogène.

Le peroxyde d’hydrogène confère aux miels leur pouvoir antiseptique.

Le méthylglyoxal, dont la concentration peut atteindre 850 mg/kg dans le miel de manuka de Nouvelle-Zélande, contre 1 à 10 mg/kg dans les miels classiques, est à l’origine d’une activité antibactérienne et anti-inflammatoire unique.

Le miel de manuka est un produit prometteur, qui combattrait efficacement de nombreuses bactéries dont Escherichia coli, Helichobacter pylori, le virus de la varicelle-zona et également des bactéries multirésistantes (entérocoque, staphylocoque doré, Streptococcus pyrogenes).

Dans quels cas l’utiliser ?

La consommation du miel de manuka peut s’avérer utile dans de nombreux troubles d’origine bactérienne des voies digestives et respiratoires : bronchite, sinusite, gastro-entérite, ulcère de l’estomac. Plus le niveau de méthylglyoxal est important, plus il est efficace contre les bactéries multirésistantes et plus il est rapide dans son action.

Appliqué sur la peau, le miel réduit l’infection et accélère la cicatrisation des brûlures et des blessures cutanées. Il est également utile pour régénérer une peau agressée par le soleil ou après une radiothérapie.

Mode d’emploi

Usage externe : appliquez directement sur la plaie. Mettre une compresse pour éviter de tâcher les vêtements. Renouveler 2 ou 3 fois par jour l’opération.

Usage interne : la dose à prendre est variable selon les indications et l’indice d’efficacité. De 1 à 4 cuillerées à café par jour, de préférence consommé seul (bien ensaliver avant d’avaler) ou dissous dans de l’eau à température ambiante, ou encore dans une boisson tiède (surtout pas chaude !).

Précautions

Une étude (1) souligne le fait que le méthylglyoxal pourrait ralentir le processus de cicatrisation chez les diabétiques.

 

 

1. Majtan J. « Methylglyoxal – A Potential Risk Factor of Manuka Honey in Healing of Diabetic Ulcers ». Evid Based Complement Alternat Med. 2011 ; 2011:295494.

/img_fiches/126x172-copy-Valerie_Vidal.jpg
Valérie Vidal

Praticienne de santé naturopathe et praticienne en EFT clinique. Spécialiste en bionutrition, gestion du stress et santé globale.
Consultations à Toulouse, Gaillac (Tarn) et par Skype.

infos : www.valerievidal.fr

PUB

TOUTES LES FICHES COTÉ NATURO