Le Garcinia cambogia, aussi appelé Garcinia gummi-gutta, ou encore tamarinier de Malabar, est un arbuste de la famille des clusiacées, originaire des forêts humides d’Asie, d’Afrique du Sud-Est et d’Australie.

" />

Côté Naturo

le Garcinia cambogia

Valérie Vidal

Petite histoire…

Le Garcinia cambogia, aussi appelé Garcinia gummi-gutta, ou encore tamarinier de Malabar, est un arbuste de la famille des clusiacées. Il est originaire des forêts humides d’Asie, d’Afrique du Sud-Est et d’Australie. L’écorce et la chair de ses fruits sont depuis longtemps utilisées en médecine traditionnelle indienne et leurs principes actifs ont été étudiés à partir des années 1960.

 

Quels bénéfices pour la santé ?

Le fruit du Garcinia cambogia contient de nombreux composés, parmi lesquels des pigments de la famille des antocyanes et des xanthones, à l’origine de ses puissantes propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Certains de ces xanthones présentent des effets anti-cancéreux.

Le Garcinia cambogia est l’un des rares végétaux, avec la feuille de l’Hibiscus sabdariffa, à renfermer de l’acide hydroxycitrique (HCA) ou hydroxicitrate. Cette molécule, proche de l’acide citrique, régule le métabolisme des graisses en limitant leur synthèse par l’organisme. Elle a longtemps été présentée comme « brûleur de graisses », ce qu’elle n’est pas. En réalité, elle augmente la production de chaleur par le corps en boostant le métabolisme cellulaire. Mais cet effet stimulateur de la thermogénèse est limité et nécessite des doses élevées. Combinée à d’autres substances, comme la L-carnitine, cet effet serait augmenté. L’HCA stimulerait également la production de sérotonine dans l’hypothalamus, entraînant une diminution des fringales.

Par ailleurs, il existe depuis plusieurs années une approche du cancer qui considère cette maladie comme un trouble du métabolisme cellulaire. Popularisé auprès du grand public par le Dr Laurent Schwarz, un traitement appelé « protocole métabolique » vise à restaurer la fonction mitochondriale. Son principe : en permettant à la mitochondrie de brûler le sucre pour la production d’énergie dans la cellule, on évite que la cellule fermente, grossisse et prolifère et par conséquent on ralentit la croissance du cancer. L’acide hydroxycitrique figure parmi les substances actives utilisées dans ce protocole.

 

Dans quels cas l’utiliser ?

En médecine traditionnelle indienne, cette plante est prescrite contre les œdèmes, la constipation, les parasites intestinaux et les rhumatismes.

La médecine moderne a montré son intérêt pour :

- aider à la perte de poids dans certains cas et en complément d’autres approches. Cependant, la prise en charge du surpoids doit être globale pour un résultat durable ;

- complémenter les traitements anticancéreux classiques, dans le cadre du « protocole métabolique » ;

- prévenir la stéatose hépatique ou compléter les traitements conventionnels ;

- prévenir les dégradations des tissus liées à l’inflammation chronique.

 

Mode d’emploi

Pour une efficacité sans risque d’effets secondaires, la meilleure concentration d’acide hydroxycitrique dans les extraits de Garcinia cambogia se situe entre 50 et 60 %.

Il est généralement conseillé de prendre de 500 à 1 500 mg par jour, soit 1 à 3 gélules, une demi-heure avant les repas. En cure de 2 à 3 mois.

 

Précautions

Déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes, aux personnes qui prennent des statines, des anticoagulants, des antihistaminiques ou des suppléments riches en fer.

/img_fiches/126x172-copy-Valerie_Vidal.jpg
Valérie Vidal

Praticienne de santé naturopathe et praticienne en EFT clinique. Spécialiste en bionutrition, gestion du stress et santé globale.
Consultations à Toulouse, Gaillac (Tarn) et par Skype.

infos : www.valerievidal.fr

PUB

TOUTES LES FICHES COTÉ NATURO