Côté Naturo

L’astaxanthine

Valérie Vidal

Petite histoire…

L’astaxanthine est un pigment de couleur rose/rouge appartenant à la famille des caroténoïdes. Il est présent dans les végétaux et en grande quantité dans l’algue Haematococcus pluvialis, responsable de la couleur des poissons et des crustacés qui la mangent. Depuis une dizaine d’années, l’astaxanthine fait l’objet d’études scientifiques dévoilant ses bienfaits sur la santé. Elle est autorisée comme complément alimentaire par la Commission européenne depuis 2017.

Quels bénéfices pour la santé ?

L’astaxanthine est un antioxydant de premier ordre. Elle protège nos cellules, en particulier leurs membranes et leur code génétique, des radicaux libres qui les agressent. Elle préserve également le système cardiovasculaire et le système nerveux de la peroxydation des lipides, une réaction complexe et délétère.

En comparaison à celle du bêtacarotène, la molécule d’astaxanthine est capable de neutraliser deux fois plus efficacement l’oxygène singulet. Ce radical libre est produit dans nos cellules sous l’action des rayons ultraviolets. Il est à l’origine des rides.

L’astaxanthine possède aussi une action anti-inflammatoire. Elle a la capacité de diminuer les douleurs dues à l’acide lactique, après un exercice physique. De plus, elle permet d’augmenter la force physique et d’optimiser le temps de récupération musculaire après l’effort.

Contrairement à beaucoup de caroténoïdes, l’astaxanthine ne se convertit pas dans le corps humain en vitamine A (rétinol), dont l’excès est dangereux pour l’homme.

Dans quels cas l’utiliser ?

Les cures d’astaxanthine sont utiles :

- pour freiner les signes précoces du vieillissement cutané (rides, perte d’élasticité, sècheresse, taches de vieillesse) ;

- pour prévenir les coups de soleil et protéger contre les dommages causés par les UV ;

- en cas de fatigue oculaire lors du travail sur écran, de sensibilité des yeux au soleil, de difficultés d’accommodation ;

- en prévention de la dégénération maculaire liée à l’âge (DMLA) et de la cataracte ;

- pour préserver les fonctions cognitives chez la personne âgée et prévenir les maladies neurodégénératives ;

- chez les sportifs, pour améliorer la résistance à l’effort et la récupération et protéger du stress oxydatif lié au sport intensif ;

- en cas de syndrome métabolique et de risques cardiovasculaires, notamment lorsque le niveau sanguin de LDL-cholestérols oxydés est élevé.

Mode d’emploi

Les compléments d’astaxanthine d’origine naturelle se présentent soit en capsules molles huileuses, soit en comprimés ou gélules pouvant contenir :

- de la poudre : elle doit être stabilisée avec de la vitamine E et prise au cours d’un repas contenant des lipides pour une meilleure absorption ;

- de l’astaxanthine micro-encapsulée, plus stable mais pas toujours encapsulée avec des composants sans reproches.

Des études cliniques japonaises ont montré une protection de la peau contre les UV avec 4 mg par jour et une amélioration de la peau et de la vision avec 6 mg par jour. Le texte de la Commission européenne mentionne des recommandations d’emploi pouvant aller jusqu’à 8 mg par jour. Les grands sportifs utiliseraient plus de 16 mg par jour.

L’astaxanthine se prend en cures de 2 à 3 mois. Aucune contre-indication n’est identifiée à ce jour.

/img_fiches/126x172-copy-Valerie_Vidal.jpg
Valérie Vidal

Praticienne de santé naturopathe et praticienne en EFT clinique. Spécialiste en bionutrition, gestion du stress et santé globale.
Consultations à Toulouse, Gaillac (Tarn) et par Skype.

infos : www.valerievidal.fr